• Nouveau
lubrifiant matériel dentaire
  • lubrifiant matériel dentaire

LUBRIFIANT POUR MATERIEL ROTATIF

Nous avons sélectionné ce lubrifiant d'excellente qualité pour la lubrification de nos instruments.

Nous le préconisons pour la lubrification des instruments Coxo.

Nous n'utilisons que celui ci pour notre SAV.

Volume de 500 ml.

14,99 € TTC
12,49 € HT
Quantité
En stock

De la manière dont la lubrification est effectuée, de la qualité du lubrifiant utilisé, dépend en grande partie la durée de vie du matériel rotatif.

Plus un matériel rotatif tourne vite, plus il faut que la lubrification soit correctement effectuée.

La lubrification est donc primordiale, pour tout instrument rotatif, et tout particulièrement pour les turbines et contre angles rouges.

La turbine est mue par un jet d’air, poussant sur des ailettes fixées à un rotor. Le rotor étant maintenu par des roulements à billes. Le rotor peut tourner à +/- 300 000 tours par minutes (5000 tours en une seule seconde… !!!!). Si, à l’intérieur du roulement à billes, les billes ne sont pas enveloppées d’une pellicule grasse, diminuant les frottements et ainsi la chaleur due aux frottements, vous allez détruire très rapidement le complexe billes / cage à billes.  Le roulement va prendre du jeu, va devenir bruyant, la fraise ne sera pas maintenue dans son axe. Cela peut même finir par l’explosion du roulement avec une dispersion des micro billes, voir même en bouche !!!

Pour le contre angle rouge, c’est pire, car même s’il tourne moins vite, toute la chaîne cinématique et faite par pignons. De l’entrée du contre angle à sa sortie (la fraise). Le contre angle rouge augmente la vitesse impulsée par le micro moteur en général par un facteur 5. (un tour à l’entrée, cinq en sortie), ce qui fait qu’un micro moteur tournant à 40 000 tours, la fraise d’un contre angle rouge tourne à 200 000 tours / minute soit 3 300 tours par seconde…. C’est absolument colossal. Là aussi si une pellicule grasse ne recouvre pas les pignons / billes des roulements, il y aura échauffement des matériaux, puis arrachement de métal… C’est le début de la fin.

Nous utilisons dans notre atelier ce lubrifiant, car il est d’excellente qualité.

Nous pensons que du point de vue de la lubrification, et surtout pour les instruments tournants très vite, une lubrification « à la bombe » est préférable qu’une lubrification automatisée par machine. Ou, à minima, avant la stérilisation par autoclave, renforcer la lubrification automatisée par une injection de lubrifiant à la bombe.

Le problème des lubrificateurs automatisés, est que sur le principe ils sont parfaits, mais en pratique, si pour une raison ou pour une autre le lubrifiant n’est pas distribué comme il faut dans toute la chaine cinématique, vous aurez un défaut de lubrification entraînant  une détérioration rapide de l’instrument.

Il faut lubrifier, par l’embase du matériel jusqu’à ce que le lubrifiant sorte par la tête de l’instrument. (Prendre l’instrument embase vers le haut et tête en bas). Si lors de l’éjection du produit par la tête le lubrifiant sort de couleur noire ou sombre continuez d’injecter jusqu’à ce que le produit sorte pur/clair, ainsi vous aurez nettoyé les surplus de lubrifiant ayant chauffé lors de l’utilisation. Cela permet à minima de lubrifier et de bien nettoyer l’instrument. (Par une lubrification automatisée par exemple, il n’est pas possible de s'assurer que l'instrument est "propre")

Une fois cela effectué, remettre un peu de lubrifiant dans la tête par l’orifice d’insertion de la fraise.  Ainsi vous aurez l’assurance d’une lubrification parfaite.

lub SO2000
arrow_upward